samedi 19 octobre 2013

Toute la vie

Toute la vie
 
Titre: Toute la vie
Auteur: Jérôme Bourgine
Editeur: Sarbacane
Nombre de pages: 267
 
Résumé:
 
Le jeune Michel est malade, et chacun le vit à sa façon.

Isa (mère chamboulée) : Journée de merde. J'le savais, forcément, un gosse né Cancer ascendant Cancer !
Michel (ado terrifié) : Comme elle me regarde, Maman... Obligée de m'aimer, maintenant !
Hannah (sœur télépathe) : Allez frangin, niveau 12, boss final. Fais face ! Daniel va t'aider.
Daniel (voisin déboussolé) : C'est du Zola, cette famille ! Pourquoi je n'arrive pas à dormir ? ...

Et si, comme le pense Hannah, la vie était un vaste jeu vidéo auquel nous jouons tous en réseau ?! ...
 
Je donne mon avis:
 
Tout d'abord un énorme merci aux éditions sarbacane pour m'avoir permis de lire Toute la vie. Et je les remercie toujours autant pour notre partenariat et les nombreuses lectures que j'ai faite grâce à eux, dont celle-ci. Alors merci et merci encore et encore.

Toute la vie raconte l'histoire d'une "famille". La mère, Isabelle, ses deux enfants Michel et Hannah ainsi que leur voisin Daniel. Une histoire que l'on suit petit à petit du point de vue de différents personnages. Au début j'ai eu un peu de mal à l'habituer au fait que l'histoire continuer du point de vue de ces différents personnages, des fois je ratais le changement de narrateur et je ne comprenais plus rien. Au début je trouvais que tous les personnages avaient le même style, c'est à dire que la plume de l'auteur était familière un point c'est tout. Mais petit à petit j'ai appris à les différencier grâce à une certaine manier de parler ou de penser de certains ou d'autres. Je n'ai pas aimé ce style familier au début mais après m'y être habitué cela passait mieux bien que quelques fois je ne comprenais pas tout au début.

Tous ces personnages sont des loosers de la vie, du moins les deux adultes sans aucun doute. Les deux enfants c'est un peu plus complexe vu qu'ils ne sont que des enfants. Cette histoire tourne surtout autour du cancer de Michel, chacun l'aide à sa manière, même parfois sans s'en rendre compte, et parfois en s'aidant soi-même aussi. Hannah en étant la sœur qui encourage et pense que le monde n'est qu'un jeu vidéo ou il y a un boss à battre et ou l'on monte de niveau exactement comme dans les vrais jeux. Dis comme ça, on la prend pour une folle  mais vous verrez si vous lisez le livre qu'après son résonnèrent la question nous tourmente. Daniel en remplacent inconsciemment le père que Michel n'a jamais eu. Et la mère, Isabelle, elle je n'ai pas encore trouvé comment le dire mais je sais qu'elle l'a aidé tout de même.

Hannah est mon personnage préféré dans ce  livre, celle qui a le plus de chance de s'en sortir et qui essaye d'aider tout le monde à avancer et à battre son Boss jusqu'à en oublier le sien. Je trouve que c'est le personnage le plus intéressant et le plus malin. J'éprouve beaucoup d'admiration. Mais elle est aussi un peu étrange et loufoque, elle croit que le monde n'est qu'un jeu vidéo, peu lire dans les pensées ou envoyer ses pensées.

Michel est lui un garçon fragile qui recherche désespérément l'amour d'une mère, même si elle lui en donne tout de même sans s'en rendre compte et celui d'un père qu'il n'aura jamais et n'a jamais eu. Il est grassouillet, à peur du noir et de la forêt, un peu de tout en faire, mais même si quelques fois il est énervants et peureux, il a tout de même un grand courage en lui et on ne peux que l'admirer au final et ressentir à son égard de la tendresse et de l'empathie aussi.

Isabelle la mère est le personnage le plus complexe de ce lire à mon avis. Elle passe d'une émotion à l'autre et est incontrôlable c'est un personnage que j'ai eu un peu de mal à apprécier. Elle est persuadée qu'elle ne sait pas aimé mais c'est faut et on s'en rend compte rapidement. Je trouve dommage qu'elle ne connaisse pas un peu plus de bonheur à la fin.

Daniel est lui aussi est un personnage un peu plus mystérieux, et que je n'ai pas accroché, il est super et tout mais il ne fait pas partie de mes préférés. Il est paumé dans sa vie et se laisse porter par les choses. Ce n'est que vers la fin qu'il va enfin se reprendre en main.

Le début est super longe et je n'ai pas accroché du tout, je me suis même demandé si j'allais le finir ou non, mais vers le milieu j'ai commencé à accrocher de plus en plus. Et heureusement sinon cette lecture aurait été une totale déception. La fin est très émouvante mais je n'ai pas compris si Michel survivait ou non... Il faudrait que quelqu'un qui l'a lu m'explique! Je ne supporte pas être dans l'ignorance! En tout cas cette fin est tout de même très triste et j'ai pleuré.

La couverture est super, mélangeant à la fois la vie réel avec la nature en image mais une écriture plutôt technologique pour le tire comme pour déjà signifier que la vie est un jeu vidéo et qu'il ne faut pas chercher plus loin.

Ce livre est une bonne lecture mais je reste tout de même mitigé à son sujet. Seule la fin remonte mon estime dessus et j'espère que quelqu'un éclairera mes lanterne au sujet de la mort ou non de Michel. Mais j'ai tout de même était déçue. Par contre les personnages sont attachants et la plume de l'autre bien que familière assez sympathique quand on s'y habitue. Un libre émouvant qui rappel le sujet douloureux du cancer chez les enfants et de leur mort parfois.
 
Mitigé mais une bonne lecture triste et un peu déçue.


 
6/35


 

4 commentaires:

  1. Ce livre pourrait m'intéressée à cause du thème de la maladie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bah dis donc... juste pour la maladie! ;p hum hum... XP

      Supprimer
  2. Je l'avais emprunté à la médiathèque, mais j'avais manqué de temps pour le lire, il faudra que je le réemprunte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui essaye! j'ai hâte de voir ton avis dessus!

      Supprimer

Bonne visite sur mon blog et merci pour vos commentaires!