mercredi 27 février 2013

Rescapés: extrait n°8

Rescapés: extrait n°8
 
 
Désolé pour l'attente! Voici l'extrait n°8 pour tout ceux qui ont aimé le début. Comme d'habitude je vous souhaite une bonne lecture!
 



           Dans ma chambre je commençais à préparer mes affaires pour mon périple. Dans un grand sac, je mis ce qui me semblait le plus important, une lampe de poche, un pantalon et un tee-shirt de rechange, une gourde, un sandwich, du chocolat, une montre, un allumateur (petit objet qui allume un feu instantanément), un repousse insectes, un petit matériel de couture pour recoudre mes habits s’ils se déchirent car l’on prend des cours de couture à l’école et… je crois que c’est tout…. Ah non ! Et aussi un sac de couchage au cas où je devrais y dormir la nuit,… toute seule,…. dans la nature,… entourée de mille et une bêtes,… à la merci de n’importe qui… ou de n’importe quoi… Non-stop ! Ne pas penser à ça, ne pas penser à ça. Tous les dangers qui m’attendent me font peur, surtout que personne n’est allé dans la forêt noire et je ne sais donc pas ce qui m’y attend. Bon voilà le tout pour mon équipement. Pour partir là-bas, je mis une jupe (oui pas très pratique mais pour courir si ! et en plus j’ai lu quelque part qu’il fait souvent plus chaud en forêt que dans la ville, enfin je crois, à moins que c’était l’inverse, oh je ne sais plus ! Tant pis on verra. Pour ne pas inquiéter mes amis Pierre te Yuma, je leur écrivis une lettre que je planquais sous mon matelas, car j’y mets toujours mon journal secret et ils sont les seuls à le savoir. Ils regarderont certainement là en premier pour trouver des informations. Voici ce qu’il y avait dans ma lettre :

«               Mes très chers amis, (Oui vous Pierre et Yuma),

         Je savais que c’est ici que vous regarderiez en premier (eh oui je vous connais bien !), je suis au grand regret de vous annoncer que je suis partie. J’ai découvert une information qui m’a, on peut le dire, choquée. Et pour remédier à une injustice je suis partie aider des personnes qui ont besoin de moi. Je vous en prie, ne dites pas un mot de cette lettre à mon père et il n’est pas digne de confiance dans cette affaire. Ne vous inquiétez pas pour moi, je vais bien et n’essayez pas de me retrouver avant une dizaine de jours si je ne suis pas revenue à tant pour le contrôle de maths.  J

Bien à vous,

Votre amie qui vous aime, Ayfer.

PS : j’ai adoré notre dernière conversation, utilisez la bien !                         »

Rescapés extrait 9
 

 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bonne visite sur mon blog et merci pour vos commentaires!